Breaking Dawn

Vous sentez vous surveillés, chers agneaux ? Ne sombrez pas dans une crise de paranoïa, par pitié, ce serait gâcher notre jeu. N'ayez crainte, nous ferons attention à tout ce qui tombera dans nos innocentes oreilles... Ou pas.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Andrew Kerrigan, search and destroy.

Aller en bas 
AuteurMessage
Andrew Kerrigan

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 07/08/2008

MessageSujet: Andrew Kerrigan, search and destroy.   Jeu 7 Aoû - 20:36

01 : can't stand you now.

  • Nom : Kerrigan, qui est d'ailleurs le nom de jeune fille de sa génitrice.
  • Prénom(s) : Andrew, Humphrey, Tancrede. Vous n'avez aucune chance de l'entendre réciter la liste de ses prénoms, sa mère a certainement traversé une crise nerveuse lors de la venue au monde de sa progéniture. Résultat, le nourrisson se trouve doté d'une série de noms d'origine germaniques compliqués, qui ne lui correspondent absolument pas. Contraste étonnant avec son caractère puisque Andrew aime avant tout la simplicité.
  • Surnom(s) : Le jeune homme n'est pas un adepte des surnoms, autant pour en donner que pour en recevoir. Cependant, il aime se faire appeler et se présente comme Andy; un sobriquet court, pratique, direct et modeste. Ou Tancrede, dans le milieu "professionnel" (cf i'll keep you my dirty little secret)
  • Date de naissance, âge : le 29 Mars pour être exact, il vient d'atteindre la vingtaine.
  • Pays d'origine : Andrew est né et a passé une ridicule partie de sa vie dans un petit village frontalier entre l'Allemagne et les Pays Bas. Par la suite, sa mère et lui se sont installés dans la banlieue de Londres, ils y sont restés.
  • Famille : Les Kerrigan sont loin de l'image typique que l'on se fait de la famille idéale. Le père d'Andrew n'a jamais donné signe de vie, le jeune homme soupçonne même sa mère de ne pas savoir qui l'a enfanté. Ah, cette chère Edna... Une pauvre fille de la campagne, bien gentille d'ailleurs et d'une beauté incroyable, mais sans ambition. Il lui est assez difficile de subvenir aux besoins de sa minuscule famille, même vendre son corps n'a jamais réussi à payer le loyer. Les deux Kerrigan - Andrew est le seul et unique fils d'Edna - ont souvent vécu dans la misère, voire dans la rue. Heureusement, alors qu'Andy a quatre ans, ils quittent le village et s'en vont pour l'Angleterre. Cumulant trois petits boulots, la mère réussit à économiser assez d'argent pour scolariser sa progéniture - à l'école publique évidemment - et pour louer un appartement miteux dans la banlieue londonienne. Ils vivent des années et des années de cette manière. Dès qu'il atteint l'âge minimum pour travailler, Andy met la main à la pâte mais il s'avère que le monde du travail est plus compliqué qu'il ne le croyait. A la veille de ses dix huit ans, le garçon traîne déjà dans les rues, afin de régler ses petites affaires de dealer amateur. Sa petite entreprise prend alors de l'ampleur, c'est une nouvelle source de revenu supplémentaire, assez pour que les deux Kerrigan puissent enfin mener une vie digne dans leur misérable quinze mètres carrés. Une fois diplômé, Andy part pour faire le tour de Russie en voiture. Quelques pièces en poche, un duvet dans le coffre, et c'est tout. Il laisse sa mère pendant un an, avant de revenir, réalisant qu'il est prêt pour entrer à l'université, tout en continuant son petit marché - le seul moyen de payer ses études.

______________

02 : that's the story of your life.

Terminé les longues biographies, relatant la vie de votre personnage de A à Z en oubliant le E, J, K, M et S. A présent, vous devez conter quelques souvenirs importants pour la construction de la personnalité de votre personnage. Vous présenterez ces anecdotes sous la forme d'un -petit- RP. Evitez de parler à la première personne du singulier, préférez le "il" ou le "elle".

Une anecdote de l'enfance de votre personnage :

Installé seul à une table du réfectoire, Andrew mangeait lentement son déjeuner. Il prenait son temps pour mâchonner le maigre repas que lui avait donné sa mère avant de partir à l'école le matin même. Le sac de papier kraft contenait, comme tous les jours, un sandwich ridiculement minuscule au beurre et au jambon, un yaourt sucré et une pomme ronde et rouge, ainsi qu'une petite bouteille de lait. Le garçon jeta un coup d'œil envieux aux élèves qui occupaient l'autre bout de la table, en lorgnant rêveusement ce dont ils se goinfraient. L'un de ses camarades perçut son regard avant qu'Andrew ait eu le temps de le détourner. Il s'appelait Edward, il était dans sa classe depuis deux ans et, malgré leur jeune âge, ils ne pouvaient tout simplement se supporter. Andrew détestait son regard hautain et dédaigneux, cette habitude qu'Edward avait de le ridiculiser sans cesse et de lui dire sans arrêt qu'ils n'appartenaient pas "au même monde". Un sourire méprisant s'afficha sur le visage d'Edward tandis qu'Andrew lui lançait un regard noir, serrant sa main autour du bout de pain qu'il tenait.

« Hé, andrew-face-d'endive, t'as faim ? » s'écria Edward, attirant les rires de ses amis. Andrew détourna son regard, préférant se concentrer sur le professeur qui passait entre les tables, essayant de lancer un SOS. Il avait déjà eu quelques problèmes, à cause de son comportement suite aux provocations des autres élèves. Il avait beau être dans un établissement public, les autres enfants n'étaient pas forcémment tendres avec lui et ne venaient certainement pas d'un environnement aussi misérable que le sien. Une pluie fine de miettes tomba sur lui, il ne lui fallut que très peu de temps pour en deviner son origine. Edward, cet abruti fini, était la réponse. Il se tordait de rire et quand il reprit son souffle, il commença à lui jeter des bouts de pain et de tomates, considérant Andrew comme un animal qu'il fallait nourrir. « Ben alors, ta maman te donne pas assez à manger ? » s'esclaffa-t-il, sous l'air admiratif de ses voisins. Encore une fois, Andrew refuse de répondre, quitte à se faire traiter comme un singe à qui on donnerait des cacahuètes. Il avait déjà hâte de quitter cette établissement, il ne pouvait plus faire face à l'injustice dont il était victime. Sauf qu'il ne pouvait pas en parler à sa mère. D'abord parce qu'elle n'était jamais là, et elle avait tout donné pour que son fils reçoive un minimum d'éducation. Jusqu'à présent, c'était un échec, aussi bien sur le plan intellectuel que social. Trop absorbé par les ennuis que lui attiraient des éléments comme Edward, il n'avait jamais la tête à réfléchir et encore moins à travailler.

Edward-la-terreur continuait de frimer devant ses jeunes groupies, mettant son courage et son intelligence en avant puisqu'il était en train de raconter son dernier cours de maths. Le prof l'avait félicité pour son excellente note, lui promettant un bon avenir alors qu'Andrew avait fourni "la plus mauvaise copie qu'il n'avait jamais vu". Passant sa langue sur ses dents blanches et parfaitement alignées, il vérifia qu'il parlait assez fort pour qu'Andrew l'entende. Ce dernier essayait de faire abstraction de ce-crétin-crâneur, buvant à petites gorgées son lait. Cinq minutes passèrent, Edward continuait à lui casser du sucre sur le dos. N'y tenant plus, Andrew alla jeter les emballages de son déjeuner, gardant son plateau en main. Il s'approcha de la table qu'il avait occupé quelques secondes auparavant et tapota l'épaule d'Edward. Sans que personne n'ait eu le temps de réaliser ce qu'il se passait, Edward se tourna vers Andrew, qui proféra un « Hé face de coq ! » avant de lui asséner un violent coup de plateau dans la figure. BAANG. Satisfait, Andrew eut le temps de faire quelques pas avant d'être intercepter par le professeur. Direction le bureau du directeur. Bizarrement, il se sentait ravi.

Une anecdote de l'adolescence de votre personnage :

« ANDREW HUMPHREY TANCREDE KERRIGAN, JE VOUS ORDONNE DE RESTER OU VOUS ÊTES ! » s'exclama une femme, qu'une quarantaine d'années. Malgré l'âge et la fatigue, elle dégageait une grande vitalité et avait conservé sa jolie et fine silhouette, ainsi qu'un visage aux traits bien dessinés et délicats. C'était certaiment la personne qui connaissait le mieux Andrew puisqu'il s'agissait d'Edna, sa mère. Complices et proches, la moindre idée ou remarque de travers pouvait engendrer tout et n'importe quoi. Les deux Kerrigan se tenaient de part et d'autre de la minuscule cuisine de leur misérable appartement, l'endroit parfait pour une dispute entre mère et fils. Andrew leva les yeux au ciel, excédé par l'emportement de sa génitrice et pourtant, il avait prévu cette réaction. « Mais qu'est-ce qui se passe dans ta tête bon sang ? » s'écria-t-elle, les mains posés sur ses hanches alors qu'elle scrutait attentivement sa progéniture, maintenant âgé de dix-huit ans. « Tu comptais réellement filer en Russie s'en même m'en parler ? » ajouta-t-elle, tandis qu'un air furieux se peignait peu à peu sur sa figure. Oh oui, Andrew aurait du le prévoir. « TOI, la chair de ma chair, tu oserais te montrer aussi... égoïste ? Après TOUS les sacrifices que j'ai fait pour toi ? »

Le jeune homme fit un pas en arrière, dans la perspective de s'éclipser de la pièce. Sa mère le foudroya du regard, contourna la table et se plaça dans l'encadrement de la porte, pour lui bloquer le passage. « Oh non, ne pense même pas à partir d'ici avant de m'avoir expliqué de A à Z tes ébauches de projets » fit-elle en tirant une des deux chaises, invitant son fils à s'asseoir alors qu'elle même allait prendre place de l'autre côté. La fureur et la colère avaient laissé place à l'inquiétude, et Andrew s'en voulait.

« Maman.. ne monte pas sur tes grands chevaux » maugréa-t-il entre ses dents, refusant de s'asseoir. Il devait l'admettre, il n'avait pas pensé une seule seconde à sa mère en prenant la décision de quitter l'Angleterre quelques temps. Il ne voulait pas non plus le proposer de l'accompagner puisqu'il recherchait la solitude. Après des années et des années passées sur les bancs de l'école, il avait senti le besoin de s'éloigner quelques temps de sa vie. « s'il te plait » s'empressa-t-il d'ajouter. Le manque de politesse dans un environnement aussi malsain et misérable avait toujours réussi à fâcher Edna. « Ecoute.. si.. c'est à cause d'un problème.. financ- » commença-t-il, avant de s'interrompre, redoutant la réaction de sa mère. Heureusement, le visage d'Edna était figé et elle attendait certainement qu'Andrew joue cartes sur table. Elle appréciait la franchise et, depuis son enfance, elle avait toujours préféré rester silencieuse face à un Andrew embêté. Ce dernier n'osait même plus la regarder, préférant être plongé dans la contemplation de ses mains. L'argent avait toujours été tabou entre eux et il redoutait par dessus tout d'en parler à la veille de son départ. « Je continuerai à t'envoyer de l'argent » fit-il en relevant les yeux vers elle, espérant que ça réglerait le problème.

Les yeux d'Edna étaient embués, même si elle essayait de le dissimuler. Elle se tût quelques secondes de plus, affichant un air contrarié. « Je ne te parlais pas d'argent Andrew » déclara-t-elle, quelques instants après d'une voix traînante. « Tu me déçois, je pensais qu'après toutes ses années.. de tous ces.. moments pénibles qu'on avait traversé ensemble.. tu aurais pu me confier ton désir de partir... » Elle retomba dans son mutisme, digérant avec mal ce que lui avait appris son fils quelques minutes auparavant. Maintenant qu'il était diplômé, après avoir subi pendant longtemps son rôle de gamin malchanceux et bouc émissaire, il avait enfin l'occasion de redémarrer une nouvelle vie. Et cette renaissance, il comptait la faire sur les routes de Russie. Il voulait s'éloigner de son rôle de dealer et de bizut en traversant l'ancienne URSS. Sans un mot, il observa longuement le visage décomposé de sa mère, réalisant que sa décision était égoïste. Néanmoins, il ne comptait pas laisser tout tomber. Toujours silencieux, il jeta un dernier regard vers Edna et tourna les talons, il avait une valise à préparer.

Une anecdote du quotidien de votre personnage :

« C'était donc vrai ! » s'exclama un grand brun, l'air ravi et totalement défoncé, répondant au nom de Vitaly. Il avait les yeux rivés vers une silhouette familière, celle d'un gus en vélo. « T'es revenu mec ? » C'était une évidence. Andrew Kerrigan était bien revenu à Londres et avait repris du service. Vitaly n'en revenait pas, son allure était toujours celle du junkie heureux de vivre et de revoir son fournisseur attitré. « Hé les mecs ! Vous avez entendu ça ? Tancrede est de retour ! » s'extasia son client, effectivement content de le revoir. Cette joie était partagée, après avoir passé un an sur les routes de Russie en solitaire, le compagnie humaine lui était agréable et plaisante. Sans avoir anticipé la suite des évènements, Andrew se retrouva dans les bras de Vitaly : il n'y avait rien de plus fort et romantique qu'une relation revendeur/client. Après avoir réussi à s'extirper de son étreinte, Andrew descendit de son vélo, soulagé d'avoir les deux pieds sur la terre ferme et redoutant une nouvelle démonstration d'affection du russe. « Alooooors, qu'est-ce que mon dealer préféré, enfin revenu de je-ne-sais-où, a à me proposer ? » s'enquit Vitaly, certainement pressé d'être en possession d'herbe tout droit venue de son rapide périple spécial réapprovisionnement à Amsterdam.

Le visage d'Andrew s'assombrit quelque peu à l'évocation du terme employé. Il fronça les sourcils, lançant un regard froid à Vitaly. « Je ne suis pas un dealer, je suis juste un étudiant qui, par la force des choses, distribue des produits illicites pour ramasser de l'argent » fit-il, contrarié. Un court silence s'installa entre les deux jeunes hommes. La frustration et l'incompréhension ne faisaient jamais bon ménage. Vitaly brisa finalement le silence, murmurant quelques excuses avant de rediriger la conversation vers leur petite affaire.


Dernière édition par Andrew Kerrigan le Dim 7 Sep - 20:16, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kerrigan

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 07/08/2008

MessageSujet: Re: Andrew Kerrigan, search and destroy.   Jeu 7 Aoû - 20:37

03 : whatever people say i am, that's what i'm not.

Les plus grandes qualités de votre personnage :
Andrew est une personne extrêmement engagée, aussi bien dans sa vie sentimentale que dans sa vie parascolaire. Quand il est amoureux, son regard se fait doux et langoureux, sa nature romantique et passionnée revient à la surface. Il fera tout pour rendre sa dulcinée heureuse, prêt à courir tous les risques rien que pour les beaux yeux de l'élue, juste pour la satisfaire ou pour la protéger. Fidèle comme un chien à son maître, l'adultère ne lui a jamais traversé l'esprit, l'idée de tromper sa petite amie le répugne et lui paraît totalement inconcevable. Par ailleurs, quand il a des projets, il sait s'y tenir. Son attrait pour la nature l'a poussé à devenir un membre constant au sein de Green Peace, il fait tout son possible pour défendre la cause des espèces en voie d'extinction et la préservation des forêts anciennes. Andy est également un homme déterminé, il sait ce qu'il veut et où il va, il n'hésite pas à abuser de son sourire enjôleur (en face d'une fille) ou de sa musculature (en face d'autres mâles) pour obtenir ce qu'il souhaite.

Les plus grands défauts de votre personnage :
Notre étalon a tendance à renvoyer l'image d'un homme serein et réfléchi, mais les apparences sont trompeuses, on ne le répète jamais assez. Derrière cet air souvent paisible se cache un véritable mâle au summum de la virilité. Un mot ou un regard de travers, et Andrew l'irritable ne perd pas de temps pour réagir et perd vite patience, il n'a jamais hésité à en venir aux mains. Pour se calmer quelques minutes après. La faute aux lacunes de son éducation d'enfant de la rue certainement. De plus, il est assez nerveux et n'est jamais parvenu à contrôler ce stress permanent, il claque la langue sans cesse et a besoin d'avoir les mains occupées. Les personnes qui ont déjà croisé son chemin n'ont jamais hésité à le qualifier de "petit con", à cause de sa manie à provoquer le monde entier et à se la ramener sans cesse.

Les choses indispensables pour votre personnage :
- Sa caméra : non, non, rien d'une caméra de pro. C'est plutôt l'appareil de base dans lequel s'entasse des heures et des heures de vidéos. Des souvenirs de soirées, de sorties, de week-end entre amis. Cet objet le suit partout, partout, partout. Sauf aux toilettes peut-être. Dès qu'il a l'occasion de filmer, il ne la rate pas, persuadé que lors de ses vieux jours il pourra les montrer à ses petits enfants.
- Son mug baleine : une de ses anciennes petites amies était allée passer quelques semaines en Norvège. Comme cadeau souvenir, elle lui a ramené ce mug, pour gamins, décoré de deux grosses baleines bleues. Par je ne sais quel miracle, la tasse ne s'est pas encore cassée. Même s'ils ont rompu, Andrew a décidé de conserver ce cadeau, dans lequel il boit son café matinal.
- Son portable : ustensile dont il ne peut pas se passer s'il veut assurer son petit marché de "dealer" (d'ailleurs, il ne se considère pas comme tel, cf entretien). Il peut ainsi recevoir les commandes, et contacter son fournisseur. Aucun lien sentimental le lie avec l'appareil puisque, par mesure de sécurité, Andrew change de portable tous les quinze jours.
- Le café : oh, sa drogue oui. Vous ne le verrez jamais dans un verre de café à la main, ce qui est peut-être la cause de sa perpétuelle nervosité. A n'importe quelle heure, il sirotera toujours ses trente centilitres de ce breuvage. Un moyen comme un autre de s'occuper l'esprit et les mains.
- Son vélo : depuis qu'il a fait le tour de Russie en voiture, il ne supporte plus cet engin fermé. Il se déplace uniquement en vélo, que ce soit pour livrer ses commandes "spéciales" ou pour aller en cours.

_____________

04 : i'll keep you my dirty little secret.

- Son petit marché de substances illicites. Il s'est spécialisé dans l'herbe dès le début, refusant de côtoyer les défonces à la coke ou à l'héroïne. Aventure dangereuse, il a déjà failli se faire buter dans une petite ruelle par un type mexicain, mais Andrew lui a filé entre les doigts. Dès son retour à Londres, le jeune homme a voulu remettre en marche son affaire et a réussi sans trop de problèmes. Cet argent, il en a besoin pour payer ses études, mais il doit en cacher l'origine, sa mère ne sait absolument pas qu'il vend de la drogue. Son plus grand ennemi ? Les agents de sécurité du campus. S'ils le chopent, il est cuit.
- A cause de son apparence sobre et négligée, on a tendance à considérer Andy comme un junkie alcoolique. Il n'en est rien. Sa meilleure amie n'a jamais été la bouteille. Il déteste boire et ne supporte pas de perdre le contrôle de la situation. Il en est de même pour la drogue, c'est le seul moyen pour qu'il s'en sorte et il ne veut absolument pas faire tout foirer à cause d'une consommation grandissante et excessive de joints.
- Quand il doit répondre au téléphone ou auprès de ses "clients", il préfère se présenter sous le pseudonyme de Tancrede. Oui, son troisième prénom, pour prendre moins de risque et ne pas se faire coincer.
- Andrew n'a rien de l'élève modèle, c'est même lui qui devrait porter le bonnet d'âne. Venant d'un milieu défavorisé, il n'a jamais considéré l'école comme une priorité, préférant se tuer à la tâche pour avoir une vie moins minable qu'elle ne l'était déjà. Néanmoins, à la surprise de tous, il a réussi à obtenir son diplôme lors de sa dernière année de lycée. Effrayé par l'université, il a préféré partir un an en Russie, afin de réfléchir et de profiter de son année sabbatique. Depuis son retour, la relation avec sa mère est assez tendue. Si tendue qu'elle ne veut même pas le voir dans leur appartement.
- Le jeune homme n'a confié à personne ce qu'il avait fait pendant cette longue année sabbatique, à part les manifestations pour Green Peace. Il paraît qu'Andrew aurait des choses à se reprocher.

05 : en plus.


  • Où avez-vous découvert ce forum ? Double-compte
  • Célébrité sur votre avatar : Ashton Kutcher
  • Vous considérez-vous comme un(e) bon(ne) rpgiste ? Je pense
  • Combien de fois par semaine vous est-il possible de venir sur le forum ? Grand maximum 5
  • Suggestions constructives pour le forum? Ha, non, désolé, je prends le tout
  • Code :
    Spoiler:
     


Dernière édition par Andrew Kerrigan le Dim 7 Sep - 19:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Kerrigan

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 07/08/2008

MessageSujet: Re: Andrew Kerrigan, search and destroy.   Dim 7 Sep - 20:17

Je pense avoir - enfin - terminé ma fiche Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marquise Mac Leold
Psychotic Admin.
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Andrew Kerrigan, search and destroy.   Dim 7 Sep - 20:37

Il était temps tout de même Laughing

Re-bienvenue à toi sur le forum, tu connais la chanson mieux que personne.
Tu es validé darling, et tu as hérité du Run Rabbit Run.
Tu sais ce qu'il te reste à faire, donc bon jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Andrew Kerrigan, search and destroy.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Andrew Kerrigan, search and destroy.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breaking Dawn :: • THIS IS HOUSE IS A CIRCUS :: Oh ! You Pretty Things :: Vite fait, bien fait-
Sauter vers: