Breaking Dawn

Vous sentez vous surveillés, chers agneaux ? Ne sombrez pas dans une crise de paranoïa, par pitié, ce serait gâcher notre jeu. N'ayez crainte, nous ferons attention à tout ce qui tombera dans nos innocentes oreilles... Ou pas.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dorian Emile Tolstoï

Aller en bas 
AuteurMessage
Dorian E. Tolstoï

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Dorian Emile Tolstoï   Mer 8 Oct - 22:27

Fiche 1 :

01 : can't stand you now.

  • Nom : Tolstoï.
  • Prénom(s) : Dorian Emile
  • Surnom(s) : Quand on a deux prénoms, il suffit d’être nommé par le deuxième pour que cela paraisse être un surnom. Peu l’appelle Emile, encore moins Dorian Emile
  • Date de naissance, âge : 23 octobre, 20 ans.
  • Pays d'origine : Allemagne, bien qu'il est passé la majeur partie de sa vie en Angleterre.
  • Famille : Enfant unique, le jeune Dorian a pour parents Amias et Caroline. Peu de choses sont intéressantes en ce qui concerne la vie de ces deux énergumènes., nous noterons tout de même l’appartenance d’Amias au cercle très privé des artistes heureux, la jalousie assez flagrante de Caroline qui se voulait l ‘épouse parfaite. Qui ne se doute pas que sous l’aspect parfait se cache la chose la plus ennuyeuse qui soit ? Certainement pas Amias, l’être le plus utopiste qui soit.

______________

02 : that's the story of your life.

Terminé les longues biographies, relatant la vie de votre personnage de A à Z en oubliant le E, J, K, M et S. A présent, vous devez conter quelques souvenirs importants pour la construction de la personnalité de votre personnage. Vous présenterez ces anecdotes sous la forme d'un -petit- RP. Evitez de parler à la première personne du singulier, préférez le "il" ou le "elle".

Une anecdote de l'enfance de votre personnage :Elle avait la peau blême, blanche comme neige, froide comme pierre, mais, furieusement, ses prunelles dorées l’obsédaient. Pas parce qu’il avait les même, mais parce qu’elles étaient semblable à de l’or liquéfié, qu’elle le scrutait avec arrogance et dédain, qu’elle était belle, si ce n’est plus. Il ne l’aimait pas, éprouvant quelques autres passions à son égard, qu’il garde avidement, encore aujourd’hui. Il s’entêtait, nous étions en Juillet. Il serait inutile que je décrive les rayons du soleil se reflétant calmement sur le lac, sa mère, douce, aimante, transpirant de jalousie, servant du whisky avec la vulgarité et la maladresse qui la qualifiait, et puis son père, attentif aux moindres gestes, les sourcils froncés, formant une légère ride sur son front large et plissé par l’inquiétude, car seule comptait Elsa. Seuls comptait les rayons du soleil qui se reflétaient dans ses cheveux ébène, sa peau ivoire étincelante comme mille cristaux, le regard d’Amias, brillant d’envie pour Elsa, et celui de Caroline, semblable à celui d’Amias, cependant plus furieux, emplis de jalousie. Elle posait, ses bras langoureusement étendus sur les bords de la méridienne d’extérieur, son port de cou, long et fin, son carré noir, et ses lèvres tirées en un rictus rouge sang. Elle semblait être une statue de marbre, ses émotions inexistantes. Elsa était une muse, et ce n’était pas la sienne. Comme il regretta cela.
Dorian était affalé sur une chaise longue à l’abri du soleil, conservant sa peau laiteuse au gré du temps. Il observait la scène avec jalousie, cependant, différente de celle de sa mère. Il la voulait, et il savait qu’il l’aurait, un jour ou l’autre. Pas par loisir, car cette envie démesurée l’énervait, mais il lui était inconcevable qu’il ne la possédât pas un jour. S’il n’avait qu’envisager cela, il aurait été probable qu’il perde la raison, tellement son désir de l’avoir était obsédant et irrévocable.


« Dorian, as-tu terminé tes devoirs ? Cécile va arriver demain, ne serait il pas regrettable que tu ne puisses profiter d’elle comme il se doit ? » Souffla sa mère entre deux grognements silencieux. Les dents serrées, elle se dirigea vers la villa, rassemblant toute la grâce qu’elle se connaissait. Ses jambes ondulaient, laissaient paraître l’idée que Caroline dansa, et sut danser.
Dorian jeta un dernier regard sur sa promise, froid, inflexible, puis étonné. Il distingua une perle de sueur qui léchait la peau de son front et fut surpris. Ainsi, elle transpirait. Il préféra penser que son corps pleurait, trouvant impossible qu’elle transpira ; cela aurait été trop vulgaire de sa part, et il était naïf. Il se leva d’un pas léger et silencieux, sortant un mouchoir blanc de sa poche, il tendit une main longue, fine, aussi pâle que les lieux les plus retirés de son corps d‘enfant. Essuyant la goutte de sueur du front de la créature, il s’excusa, et s’en alla.

Comme il fut inutile d’évoquer l’univers en dehors d’Elsa, il était inutile d’évoquer sa vie avant elle, comment sa mère, Caroline, changeait ses couches, le regard aimant malgré l’odeur plutôt pestilentielle, son cursus scolaire dans des écoles privées catholique, sa destruction totale à l’âge de neuf ans, son état fantomatique pendant deux années. La cause ? Aucune, d’après lui. Il n’haïssait pas, n’aimait pas, son état d’indifférence était la seule chose qui réussissais à l’énerver. Puis vint Elsa, l’obsession remplaça l’indifférence, mais ce ne fut pas mieux.


Une anecdote de l'adolescence de votre personnage :Cécile. Elle l’aimait, et bien heureusement, ce n’était pas réciproque. Il ne se serait pas pardonné d’aimer pareille sotte. Alors il profitait d’elle. Telle sottise devait certainement servir à quelque chose, il avait décidé que ce quelque chose serait ses « projets ». Il s’aimait à détruire Cécile, la comparer à Elsa, l’aimer, la détester, la haïr, au gré du temps, singeant tout sentiments qui lui venait à l’esprit et qui lui semblait de rigueur.

« - Dorian ! Comment vas-tu ? Tu es encore plus beau que l’année précédente, que Dieu est bon avec toi.
Déjà il regrettait de ne pas avoir prétexté maladie.
Ne sois pas sotte. Je suis Dieu, Cécile. »

Ce genre d’affirmation, qu’il croyait vrai, lui brouillait tout sens de la morale. Il était son Dieu, il avait donc tous les droits sur elle. Dorian avait passé entre guillemets l’étape de la création, puisqu’il avait décidé de la façonner de façon plus douce, plus subtile, moins brutale, à l’aide des sentiments. Amour, haine, jalousie (et non un remake des feux de l’amour), indifférence, cela était si facile que ça en devenait presque lassant. Presque. Mais pas assez pour l’arrêter.

« Tu m’aimes ?
Cécile, ma jolie Cécile, tu n’imagines pas combien je me mépriserais, si je t’aimais. »


Cécile se mit à sangloter. Il eut été trop dur pour elle de réaliser combien tous ses efforts étaient vains, combien feindre la gentillesse, la politesse, prendre soin d’elle avec exagération, se refaire une personnalité, était inutile. Dorian posa une main sur sa tête, tapotant doucement comme on tapote sur la tête d’un petit animal de compagnie. Elle avait les points fermés, les dents serrées, et les narines dilatées. Il tourna la tête quelques secondes, se faisant violence pour ne pas la laisser seule, car dans cet état elle le répugnait plus qu’autre chose. Forte heureusement, Cécile était une égocentrique sotte, et ne remarqua pas le dégoût qui infectait son visage.

« Ne pleure pas, Cécile. Il ne faut pas avoir peur des expériences. »

Il déposa un baiser sur son front et s’en alla. Les traies de son visage reprirent leur douceur, et Cécile ne lui parla plus pendant une semaine. Il en profita pour faire plaisir au bon lecteur qui se trouvait en lui et qui grognait à chaque fois que Cécile l’approchait à moins de trois mètres, éveillant en lui le souvenir de ce sot personnage qu’était Cécile de Volange.
En lisant Risibles Amours, il eut la terrible envie d’interpréter un autre personnage avec Cécile, mais derechef, il déchanta. Qu’il ait tout de suite pensé à Cécile l’exaspéra profondément. Lors des jours suivants, il essaya de trouva une réponse satisfaisante, finalement, il en trouva une un peu près potable ; il était son Dieu, il était donc normal qu’il pense à son peuple, sinon, il aurait été un bien piètre Dieu.


Une anecdote du quotidien de votre personnage :Deux personnes au physiques idylliques étaient assise à une petite table en métal d’un café se voulant underground et décalé. Ce qui n’était bien évidemment pas le cas. A la place de cette clientèle ‘à part’ tellement recherché, on pouvait, entre autre, observer sous toutes les coutures des jeunes de bonnes familles. Précisément ces jeunes de bonnes familles qui ont un besoin obsessionnelle de se faire remarquer en faisant des choses assez roturière, mais qui chez eux semble être noble. Semble ai-je dis.

« Tu m’aimes ?
- Evidemment. Avait elle répondu sans hésiter.
- Dans ce cas, ouvre tes mais et pose les sur la table. »


En exemple solennel, Dorian ouvrit lui-même ses mains immaculées qui même dans les taches les plus barbares ne pouvaient être entachées. Elle fit de même, un sourire pathétiquement mielleux accroché à son visage, qui en de rare occasion, il avait trouvé attirant. Sentiment qu’il se regretta d’avoir éprouvé lorsqu’il contempla son visage présent, un arrière goût de bile dans la gorge. Il se ressaisit, sortit un stylo et marqua un numéro à trois chiffre sur la paume de la jeune femme. Il prit ensuite avec délicatesse sa main pour y poser ses lèvres, effleurant sa peau rosée. Levant ses yeux d’un bleu assez cliché, il la regardait, son visage inexpressif, faisant son possible pour ne pas laisser transparaitre son dégoût. Elle frissonna de plaisir, et il cessa.

« Appel ce numéro et déclare avec un ton tragique que tu vas te suicider. Que tout ça est la faute de ta sœur Elsa, que tu étouffes, qu’elle doit repartir en Allemagne, que tu la hais. Je fais appels à tes talents d’actrice, avec l’aperçu que j’ai eu, je sais que tu es à la hauteur, ma belle Mathilde. Il avait fermé les yeux pendant tout ce temps, savourant déjà sa victoire, pour les ouvrir enfin, attendant l’approbation de la jeune enfant qui ne venait pas. Elle le regardait bizarrement, comme s’il était fou, mais soi béni l’amour passionnel qu’elle lui portait et qui lui faussait tout jugement.
Tu disais m’aimer, n’est-ce pas ? »

Elsa pensait tout pouvoir avoir, et enfin, il l’avait à son propre jeu.
______________


03 : whatever people say i am, that's what i'm not.
Passons à l'aspect psychologique de votre personnage et ses goûts personnels. Nous n'exigeons pas de portrait psychologique ultra précis, simplement les grands traits du caractère de votre personnage. Vous aurez tout le temps d'étayer son caractère pendant vos RPs.

Les plus grandes qualités de votre personnage :
J’imagine qu’il serait plutôt convenable de commencer par son but. Avoir un but étant à mon humble avis de narrateur une qualité, s’élever au dessus de tous et ne jamais redescendre était le sien. Ou avec plus de précision, son ultime but. Car en effet, il lui arrivait de se fabriquer d’autre petit but, de a à Z en passant par L, mais ce n’était qu’amusement en aucun cas pris au sérieux. De même que la capacité à avoir un but précis, la non-prise au sérieux était nécessaire chez lui. On peut aussi compter ça dans les qualités, bien qu’au gré du temps, cela se transforme plutôt en une chose insupportablement prévisible, constante, presque dégoûtante. Pour donner un exemple, dans son ancienne école catholique, il lui arrivait, à périodes définies et plus généralement au printemps, qu’une dame d’un certaine âge, qui tenait debout par toutes les prières qu’elle effectuait, à son humble avis, tous les soirs sans exception et qu’elle devait aussi, encore à son plus qu’humble avis, ponctué de sacrifices de légumes et de bougies, vienne lui parler. Pas de tout et de rien, bien évidemment, s’eut été trop facile, mais de lui, et exclusivement de lui. Au fond de lui, il se demandait le plus sincèrement et le plus naïvement du monde si elle possédait une poupée à son effigie ou une simple icône. Cela va de soi qu’il ne le sut jamais. Nous disions donc que cette pauvre dame fut la première à initier Dorian à la non-prise au sérieux, et donc, plus globalement, au mensonge. Oh, de petits mensonges, rassurez vous, il n’y avait pas grand intérêt à mentir à une vieille femme. Mais dans le cas où il vous viendrait à présent la curiosité de lui demander pourquoi tous ces mensonges, il vous citerait Kundera. « Moi, je dois mentir pour ne pas prendre au sérieux des fous et ne pas devenir fou moi-même. »
En ce qui concerne le reste de ses qualités, je pourrais ponctuer le texte d’un « il est gentil », « Ce petit est plutôt charmant », et autres adjectifs plutôt plaisant à entendre envers notre personne. Seulement, nous tomberions dans l’inexactitude. Dorian n’est pas ’gentil’, car, à proprement parler, y a-t-il une personne réellement gentille et complètement altruiste qui ferait de son chez sois une nurserie d’enfant venant des quatre coins du monde, un zoo, un orphelinat et j’en passe ? La plus part des gens font ça pour se rattraper de leurs erreurs, d’autres pour se trouver une famille, et que sais je encore de ces hypocrites. Dorian est de ceux qui ont une gentillesse intéressée, tout simplement.
Enfin, pour terminer, j’ose dire que Dorian a une chose absolument molle, et ce que quelques uns qualifierons de doucette, en lui.

Les plus grands défauts de votre personnage : Dorian est sans aucun doute l'être le plus utopiste qui soit. La chose est tellement poussé qu'elle rentre sans aucun doute dans la partie des plus grands défauts du jeune homme. C'est ainsi qu'il apprécie tout particulièrement les petites beuveries entre amis où on réinvente le monde. En fait, il y a des chances qu'il apprécie plus encore les soirées où il rentre un peu éméché pour ensuite se mettre à réinventer le monde complètement seul ou alors en dévisageant quelque chose avec un air complètement abruti mais charmant. C'est ainsi que dans quelques moments de complètes béatitudes, il lui est arrivé de marquer tout ça sur un carnet, carnet qui a disparu, évidemment, et qui l'inquiète quelque peu. Il doit lui-même avouer qu'il ne se souvient pas exactement ce qu'il avait marqué dedans mais tout le monde sait qu'il n'est jamais très bon de voir disparaitre quelque chose de très personnel et que, de surcroît, on a écrit à moitié saoul. Je dois pourtant préciser que notre personnage tient assez bien l'alcool et n'est jamais tombé dans un coma éthylique ou autre, qu'il affectionne assez l'absinthe et que ça n'est d'aucun intérêt à être dit. Pour continuer dans les défauts, le pauvre est coupable d'orgueil, d'envie, de colère et je crois que c'est un peu près tout si je dois éviter son égoïsme plus que flagrant. On dénote la luxure car le jeune homme, loin d'être un agneau innocent, ne s'intéresse que peu à l'acte à visée amoureuse ainsi qu'à l'acte purement sexuel. Je m'explique, si il n'y trouve pas son compte -autre que la chair, donc - il n'y voit pas grand intérêt.


Dernière édition par Dorian E. Tolstoï le Ven 10 Oct - 19:34, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jayden Nicolaevitch

avatar

Nombre de messages : 161
Date d'inscription : 07/09/2008

Suivi de votre personnage
Occupation: Vendeur chez Borders & Etudiant
A déjà...:
I Wanna Be Your Dog:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Dorian Emile Tolstoï   Mer 8 Oct - 22:57

Bienvenue & bonne continuation pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heidi Nicolaevitch

avatar

Nombre de messages : 392
Age : 28
Date d'inscription : 08/08/2008

Suivi de votre personnage
Occupation: Mange des Chocogrenouilles.
A déjà...:
I Wanna Be Your Dog:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Dorian Emile Tolstoï   Mer 8 Oct - 23:02

Welcome : )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harlow Mac Leold

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 28
Date d'inscription : 04/10/2008

Suivi de votre personnage
Occupation: I'm a Freaking Vinyl Junkie !
A déjà...:
I Wanna Be Your Dog:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Dorian Emile Tolstoï   Jeu 9 Oct - 1:51

Waaaaa ! Trop cool le prénom : Dorian ! Comme celui d'Oscar Wilde ? I love you
Je veux un lien et un RP ! Tu me réserves ça ?
Dès que ta fiche sera terminée, bien entendu !
Welcome !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redapple.forumactif.org
Sienna Nicolaevitch

avatar

Nombre de messages : 210
Age : 26
Date d'inscription : 13/09/2008

Suivi de votre personnage
Occupation:
A déjà...:
I Wanna Be Your Dog:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Dorian Emile Tolstoï   Jeu 9 Oct - 18:54

Bienvenue =]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian E. Tolstoï

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Re: Dorian Emile Tolstoï   Jeu 9 Oct - 18:58

Merci Jayden, Heidi, Harlow et Sienna.
Ma foi, pour le lien et tout, c'est avec plaisir, ça va peut être m'éviter de devoir brandir avec fierté une pancarte de sans ami haha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mallory Mac Leod

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 22/07/2008

Suivi de votre personnage
Occupation: Ca dépend... Mais maintenant je bosse au World’s end !
A déjà...:
I Wanna Be Your Dog:
55/100  (55/100)

MessageSujet: Re: Dorian Emile Tolstoï   Jeu 9 Oct - 18:59

    WELCOUME !

    Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian E. Tolstoï

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Re: Dorian Emile Tolstoï   Ven 10 Oct - 19:30

Les choses indispensables pour votre personnage :

Ses cigarettes : Soyons franc, cela n'a rien d'original, ni de significatif, ni rien du tout. Il a juste gardé, dans la poche intérieur de son trench, un vestige de la période où il fumait assez régulièrement. Étrangement, il n'a jamais de briquet sur lui, ou alors un Dupont absolument vidé de tout liquide, ce qui oblige le jeune homme a demandé à n'importe qui, à son plus grand damne.
Un livre : Et pas n'importe lequel, mes doux amis. Le portrait de Dorian Gray est toujours dans l'une de ses poches intérieurs en compagnie d'un paquet de cigarettes. Vous auriez tord de vous dire "quel hasard", car c'est Amias qui, à ses douze ans lui offrit une édition limité de ce livre, d'où était tiré son premier prénom, évidemment. Pour plus de précision, c'est Caroline qui décida de ce prénom, ne laissant pas le choix au géniteur en braillant quelques menaces qui restent encore inconnues au jeune homme.
En dehors de ça, ses poches sont toujours irrévocablement vide. On peut certainement y trouver là un côté maniaque, mais le jeune homme ne supporte pas d'avoir ses poches pleines de choses dont l'utilité laisse à désirer.

______________

04 : i'll keep you my dirty little secret.
On a tous nos petits secrets n'est-ce pas ? Peut-être que vous êtes fanatique d'une série débilement mièvre ? Vous ne savez pas cuisiner ? Une mémoire d'éléphant ? Vous ne pouvez pas résister en voyant du chocolat ? C'est ici qu'il faut le dire (soyez imaginatif, au moins 5 "secrets")

Envoyé par mp au Comte.
______________

05 : en plus.


  • Où avez-vous découvert ce forum ? Par la délicieuse Jazz Laughing
  • Célébrité sur votre avatar : Manuel Traxler.
  • Vous considérez-vous comme un(e) bon(ne) rpgiste ? Pour être franc, j'ai déjà honte à la vue de cette fiche, donc... Rolling Eyes
  • Combien de fois par semaine vous est-il possible de venir sur le forum ? Assez souvent, pour être vague.
  • Suggestions constructives pour le forum? Aucune, il me parait plutôt pas mal, bien que je n’ai pas encore regardé dans les moindres détails tout ce qui pouvait clocher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melody Jazz Mac Leold

avatar

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Dorian Emile Tolstoï   Ven 10 Oct - 19:38

Magnifique, magnifique, Dorian, ce glacial bourreau des coeurs, se faisait désirer.
Bien entendu, tu es validé mon cher. Tu sais ce qu'il te reste à faire n'est-ce pas.

Dans tous les cas, bienvenue à toi et bon jeu.

_________________

THE QUEEN IS D.E.A.D
I said Charles, don't you ever crave
To appear on the front of the Daily Mail
Dressed in your Mother's bridal veil ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dorian Emile Tolstoï   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dorian Emile Tolstoï
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le 28 juin... Paul Emile Victor...
» Mauvaise journée... [PV Dorian!]
» le portrait de Dorian Gray
» I'm Back [Dorian & Enora]
» Dorian Syrdahar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breaking Dawn :: • THIS IS HOUSE IS A CIRCUS :: Oh ! You Pretty Things :: Vite fait, bien fait-
Sauter vers: