Breaking Dawn

Vous sentez vous surveillés, chers agneaux ? Ne sombrez pas dans une crise de paranoïa, par pitié, ce serait gâcher notre jeu. N'ayez crainte, nous ferons attention à tout ce qui tombera dans nos innocentes oreilles... Ou pas.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 she's that sweet disaster;; miss alexandrap.nicolaevitch

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandra P. Nicolaevitch

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 27
Date d'inscription : 10/10/2008

Suivi de votre personnage
Occupation: Étudiante, diable, quoi d'autres ?
A déjà...:
I Wanna Be Your Dog:
100/100  (100/100)

MessageSujet: she's that sweet disaster;; miss alexandrap.nicolaevitch   Ven 10 Oct - 8:10



    close that fucking pandora box


04 : i'll keep you my dirty little secret.

    Elle allume sa cigarette. Sa clope, son petit bâton de mort. Faire attendre Alexandra dans un couloir un peu sombre, il faut de l'audace. Beaucoup d'audace. Putain, elle a déjà fort peine de devoir admettre qu'on a payé une bonne femme pour lui dire qu'elle est dérangée. Elle a un rire mauvais, c'est qu'elle le sait jusqu'au fond de sa chair, jusqu'au fond d'elle-même qu'elle n'est pas statique, qu'elle n'est pas simple, mais plutôt une explosion d'un mal qui s'appelle la complexité. Combien de fois on a essayé de la psychianalyser et que la jeune femme envoyait bouler sans aucune intonation, avec une froideur impressionnante chez une femme qui a à peine atteint ses vingt ans. 20 ans, vingt années de vie derrière d'elle. Elle exhala une longue bouffée de fumée qu'elle s'amuse à faire des formes circulaires, traumatisant un vieux un peu plus loin. Alexandra étend ses longues jambes fines et s'assit, les chevilles croisées, comme une vraie lady. Une lady légèrement sadique, un brin masochiste et complètement délurée. Même pour une Nicolaevitch, Alexandra Pandora est une exception. Mystérieuse comme pas une, elle apprécie le fait que les gens ignorent qui elle est derrière ce masque impassible que peu sont parvenus à dépasser. Peu, il n'y a que les liens de sang proches, puisque son clan est plutôt répandu, qui a conscience qu'une certaine fragilité se camoufle derrière ce manteau glacial qui ne parvint cependamment pas à irradier d'un froid mortel ce coeur qui bat trop fort, trop souvent, et qui a tendance à l'irriter.

    «Mademoiselle Nicolaevitch, c'est ça?»

    Alexandra relève la tête. Elle la relève, montrant son dédain et son indifférence à la situation dans laquelle elle se retrouve. Pourquoi ne crierait-elle tout simplement pas qu'elle n'a rien à foutre de passer un infime quart d'heure dans ce bureau dégoulinant d'un luxe totalement vulgaire qui ne cadre pas avec la simplicité que les prunelles de la jeune femme ne parvienne à supporter? Pourquoi ne peut-elle pas hurler à la mort qu'elle fait la promesse, sur son nom, sur son sang, qu'elle tuera un par un chaque être qui se mettra entre elle et le temps. Il est compté, il est rare, il ne faut pas le laisser filer entre les doigts. Alexandra a trop à accomplir, à faire, pour s'attarder sur une simple apparition, un pion que l'on a grâcement payé pour que les gosses de riche pleurent sur leur vie pathétique et ennuyeuse. La sienne, c'est tout autre chose, une symphonie de douleurs, d'épreuves, de solitude à travers ce monde trépidant dont elle n'a rien à faire. Seule dans la foule. La seule phrase parvient à la faire sourire, un peu, un infime esquisse sur ses lèvres. Il s'avère cependant suffisant pour que la femme, attendrie par une «sympathique» Nicolaevitch lui touche l'épaule pour la faire venir. Les yeux brumeux d'Alex lancent des éclairs et elle se cambre. Personne ne peut la toucher.

    «Ne refaites plus ja-mais cela, est-ce clair?»

    L'autoritaire vingtième année devant une aînée. Elle n'a pas de respect pour les gens qu'on paie pour qu'elle se présente, pour qu'on l'écoute. Elle n'a qu'à parler à la brise, ça sera pareil, et moins dispendieux pour un rien. Se redressant avec grâce, elle consentit seulement à suivre la femme, bien que tout son corps s'efforce de la retenir, il y a longtemps qu'Alexandra a compris que le corps et l'esprit ne font pas un, et que ce dernier est beaucoup plus puissant. Son talent de persuasion, par exemple, a poussé des gens à faire des choses extraordinaires pour les simples beaux yeux de la descendante Nicolaevitch. Prenant place sur le canapé avec un certain et visible soupirement d'ennui lui vaut un regard désapprobateur. Elle en a tant l'habitude que cela glisse sur sa peau comme une lame fine, sans les perles délicieuses de sang ôcre et écarlate qui s'y déposeraient.

    «Commençons, maintenant»

    Une adulte dans le corps d'un enfant. Frêle de constitution, forte d'esprit, là est la première rupture dans la croyance populaire. La considérant avec supériorité, elle croise ses mains fines sur ses genoux tout aussi fins. Tout en elle est grâce et finesse, mais ses manières sont froides, déchirantes, un peu comme un poignard. Celui vil qui se faufile partout, beau à regarder, admirable, on a envie d'y poser le doigt, et on fait là une erreur. Une terrible, et potentiellement mortelle erreur. Elle a beau être délicate, délicieuse avec ses lèvres pulpeuses roses, ses pommettes saillantes et sa peau de porcelaine, Alexandra Nicolaevitch n'a peur de rien, et ne craint pas de montrer qui elle est simplement pour se faire un plaisir de se le rappeler elle-même.

    «Vous ne prennez pas de notes sur mon air, mon évident dédain et l'ennui qui parait sur mes traits? M'en voilà surprise, et cela est peu fréquent, Madame»

    L'adulte la considéra avec douceur, ce qui la surprit un peu. Elle avait l'habitude qu'on lui montre la haine et la froideur qu'elle envoyait elle-même, et une lueur qu'elle ne parvint pas à déchiffrer, et qui la mit dans une colère froide. Glaciale, comme l'abîme. L'ignorance, l'incompréhension, elle ne supportait pas de ne pas comprendre. De ne pas s'avoir. De ne pas, de manière innée, avoir toute la science infuse afin de marquer au fer rouge sa différence avec le reste du genre humain.

    - «Vous n'êtes pas la première de votre famille que je rencontre. On peut dire que vous êtes des gens d'exceptions»
    «Merci»

    Tout simplement merci. Un simple, désuet, léger merci. Passant la main dans ses cheveux, portant un intérêt qu'elle se défendait à la femme, elle posa son regard en attendant une question. Mais il n'y avait que ce silence, ce putain de silence. Alexandra adorait le silence, mais seule. Seule devant un livre, seule devant des soupirs et des cris avalés, des gémissements et des grognements de douleurs. Pas avec une femme qui se croyait son égale, ou presque. La considérant de plus en plus froidement, croisant ses bras sur sa poitrine, elle apparu renfrogné, avec l'impatience qui la faisait bouiller jusque dans ses veines...

    - «Qui êtes-vous, mademoiselle Nicolaevitch, vous me permettez de vous appelez Alexandra
    «Qu'importe, que voulez-vous dire?»

    Qui était-elle, au juste ? Cette fragile poupée de porcelaine qu'un rien peut ébranler, mais seulement à l'intérieur. Alors que son apparence est de roc, un iceberg puissant et fort que même une tempête ne parvient pas à déranger, elle est rongée à l'intérieure. Rongée par les remords, parfois, et par le plaisir péché qu'elle ressent à torturer ses victimes en s'appropriant le pouvoir de vie ou de mort sur une personne. Rongée comme par l'acide sulfurique dans ses parois par une certaine pitié qu'elle tente de noyer chaque fois, de mieux en mieux, mais ne faisant que pire, puisqu'elle revient hanter son subconscient. Revient hanter ses rêves, ses rêves blancs et noirs, pour en faire entendre les derniers soupirs, mais non pas les autres, les siens. Incroyablement narcissique, supérieur, elle ne craint que pour sa peau, elle se brûle les poumons à conserver le même air pour ne pas se laisser submerger par des sentiments humains. Une fois, elle a aimée, une fois, dans une passion dévorante et interdite, mais cela ne se reproduira plus. Elle demeurera ce monstre insensible, mort à l'intérieur, pétillant comme un bourgeon au printemps à l'extérieur.

    Vous savez très bien ce que je veux dire, Alexandra»
    «Ne suis-je pas n'importe quel Nicolaevitch si je ne vois pas ce que vous chercher, Madame»

    Voulait-elle répondre, ne le voulait-elle pas? Elle ne s'ouvrait jamais, elle restait bourgeon, elle restait chenille qui jamais ne s'ouvrira comme un papillon. Elle s'arrachera elle-même ses ailes s'il le faut, sans broncher, sans ciller. Alexandra Pandora Nicolaevitch en serait capable, mais ça, nul ne le sait. La dame ne répond plus, la fixe du regard. Alexandra mord sa lèvre inférieure, et commence à bouger de manière incontrôlée le bas de ses jambes. Une certaine tension, comme un choc, la submerge, pour remonter, remonter comme si ce qu'elle avait dans l'estomac voulait ressortir. Ce ne fut pas les aliments, mais un torrent de mots qui sortit à la place.

    «Alexandra Pandora Nicolaevitch, vient d'atteindre le stade de ses vingt années, mais n'en voit pas l'utilité. Ne voit autour d'elle que ce qui peut lui servir ou la divertir, comme une gamine qui refuse de grandir. Une boîte avec des apparences trompeuses, une envoloppe scintillante, brillante, richement paré avec une délicatesse digne d'un artisan adroit, mais pourri de l'intérieur. Pourrie par des centaines de saloperies qui souillent les apparences, les sentiments humains, la pitié, la bonté qui l'irradie, la taillant à l'intérieur pour détruire cet air indifférent et blasé qu'elle a comme aura. Froid, beauté glaciale des Russes, dans l'hiver profond de la province»

    Elle se mit à rire, amusée, puis presqu'hystérique. Les yeux d'Alexandra brillaient de mille feux.

    «C'est ironique, je n'y ai jamais mis les pieds, en Russie, mais j'en suis certaine, je suis l'âme de ces hivers glacés et fabuleux, magnifique en apparence, dévastateur et dévasté à l'intérieur. Un poison blanc qui s'insinue dans mes veines comme dans la terre. Somptueuse analogie, Madame. Vous êtes douée, je n'ai jamais aligné tant de mots devant un être humain. Il n'y a que la brise qui en connaisse autant sur moi.»

    Se redressant, lissant sa robe sur son corps gracile.

    «Je crois que cela suffit, il me tarde une nouvelle rencontre...»

    Se retournant, souriante, elle claque la porte sur une femme ébahie, sous le choc par la simplicité des propos, par la franchise dévastatrice d'une femme trompeuse, maligne et on ne peut plus brillante. Manipulée comme un pantin par cette créature russe qui venait de partir en direction de son chez-elle, dans ses quartiers, ou simplement avait-elle réussi à refermer les maux et commencer à panser certaines blessures sur l'enveloppe de ce qu'incarne Alexandra, à l'image de son alter ego Pandore, celle qui avait la mesure de doser ce qu'elle répendait comme venin en elle, tout comme en ceux qui l'entouraient...


    05 : en plus.


    • Où avez-vous découvert ce forum ?
      Un lien laissé sur mon MSN par une amie, allez savoir pourquoi
    • Célébrité sur votre avatar :
      Keira Knightley, pourtant, je ne l'aime pas Rolling Eyes
    • Vous considérez-vous comme un(e) bon(ne) rpgiste ?
      Je m'adapte à tous les niveaux, je crois pouvoir affirmer que je ne suis pas si mauvaise
    • Combien de fois par semaine vous est-il possible de venir sur le forum ?
      5/7, sauf exceptions
    • Suggestions constructives pour le forum?
      Hum, je n'en ai aucune; il est fa-bu-leux

    &btw too much brandy (:


Dernière édition par Alexandra P. Nicolaevitch le Ven 10 Oct - 21:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mallory Mac Leod

avatar

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 22/07/2008

Suivi de votre personnage
Occupation: Ca dépend... Mais maintenant je bosse au World’s end !
A déjà...:
I Wanna Be Your Dog:
55/100  (55/100)

MessageSujet: Re: she's that sweet disaster;; miss alexandrap.nicolaevitch   Ven 10 Oct - 17:45

    BIENVENUE !!

    Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heidi Nicolaevitch

avatar

Nombre de messages : 392
Age : 28
Date d'inscription : 08/08/2008

Suivi de votre personnage
Occupation: Mange des Chocogrenouilles.
A déjà...:
I Wanna Be Your Dog:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: she's that sweet disaster;; miss alexandrap.nicolaevitch   Ven 10 Oct - 17:51

De même. : )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jayden Nicolaevitch

avatar

Nombre de messages : 161
Date d'inscription : 07/09/2008

Suivi de votre personnage
Occupation: Vendeur chez Borders & Etudiant
A déjà...:
I Wanna Be Your Dog:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: she's that sweet disaster;; miss alexandrap.nicolaevitch   Ven 10 Oct - 18:54

Bienvenue & bon courage pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra P. Nicolaevitch

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 27
Date d'inscription : 10/10/2008

Suivi de votre personnage
Occupation: Étudiante, diable, quoi d'autres ?
A déjà...:
I Wanna Be Your Dog:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: she's that sweet disaster;; miss alexandrap.nicolaevitch   Ven 10 Oct - 20:57

J'ai terminé ( :
& merci les gens Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vitaly L. Nicolaevitch
Admin| Too Much Junkie Business
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 24/06/2008

Suivi de votre personnage
Occupation: Junkie à temps plein, vendeur chez Vinyl Junkies à temps partiel
A déjà...:
I Wanna Be Your Dog:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: she's that sweet disaster;; miss alexandrap.nicolaevitch   Ven 10 Oct - 21:41

Enfin, une Alexandra digne de ce nom ! Magnifique fiche très chère, tu es validée - ça va de soi.

Bienvenue sur Breaking Dawn et tu mérites ta place chez les Going to Hell.

L'ancienne Alexandra n'a jamais réellement RPer mais a créé un personnage pré-défini qui est encore joué (David Comperfield), je te laisse le soin de le contacter.

Quoi qu'il en soit, avant de débuter tout RP, tu as quelques trucs à faire :
- Téléphone
- Boite de réception
- Demandes de logement (et d'emploi)
- Les missions, si ça t'intéresse

Ceci mis à part, les demandes de RPs se font ici et dès que tu as du temps, tu peux faire ton carnet - si tu veux t'y retrouver dans tes relations et compagnie. Et pour les relations avec d'autres membres, rendez-vous dans la partie Gestion du personnage.

Bon jeu Laughing

_________________

ELECTRIC BLOOM !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: she's that sweet disaster;; miss alexandrap.nicolaevitch   

Revenir en haut Aller en bas
 
she's that sweet disaster;; miss alexandrap.nicolaevitch
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» We'll be a sweet disaster (5.03 - 2h27)
» Sydney Dentworth :: Sweet disaster
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)
» Haïti Couronne une Nouvelle Miss

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breaking Dawn :: • THIS IS HOUSE IS A CIRCUS :: Oh ! You Pretty Things :: Vite fait, bien fait-
Sauter vers: